XIIIème siècle : la mode des manches partiellement cousues

Au XIIIème siècle, la mode des manches partiellement cousues au vêtement  permet d’enfiler ledit vêtement sans pour autant avoir les bras couverts.  Le corps est couvert mais les bras sont dégagés ; les manches tubulaires pendent,  dépassées, en arrière des bras.

Littéralement, le préfixe « dé- » indique une action contraire au verbe de base. On ne passe pas les bras dans les manches : les manches sont dé- passées.

Ceci s’applique également aux vêtements modernes. Veste, cardigan, imperméable simplement posés sur les épaules et les bras dégagés, tous peuvent se porter manches dépassées (fig. 1). Mais, si l’on peut porter une veste, manches dépassées, le vêtement n’est pas, lui-même, une « veste-à-manches-dépassées ».  L’adjectif qualifie la façon de porter le vêtement et non le vêtement lui-même.

Fig. 1 – Port moderne de manches dépassées.

Une mode polyvalente

Appelons ici tunique le vêtement simple, à manches longues, porté en toutes occasions, par dessus une chemise ou un autre vêtement léger. Les manches sont serrées au poignet, parfois ajustées tout le long de l’avant bras et amples au  biceps.  Il s’agit alors plutôt d’un vêtement léger ou de demi-saison, pas vraiment un vêtement chaud et il est dépourvu de capuche.

Appelons ici manteau le vêtement d’extérieur, utilisé notamment en voyage et porté sur d’autres vêtements (fig. 4). Il est toujours pourvu d’une capuche.

Le port de manches dépassées s’applique aussi bien au manteaux qu’aux tuniques.

De quelles manches parle-t-on ? 

Il est bien question ici de manches, c’est à dire de formes globalement cylindriques (ou tronconiques),  destinées à couvrir les bras en les accompagnant dans leurs mouvements, et cousues au vêtement, même partiellement.

Bien que les détails semblent parfois insuffisamment précis, il s’agit toujours, dans l’étude qui nous intéresse, d’un cylindre (ou d’un cône tronqué) et non de bandes flottant librement depuis les épaules par dessus les bras (fig. 2).

Fig. 2
Fig. 2 – Exemple moderne de « manches » dépassées à éviter absolument (saison 5 de Game of Thrones).

Même si parfois des dessins dans certains manuscrits laissent planer un doute, l’hypothèse moderne de pans fixés aux épaules est à rejeter : les manches qui nous intéressent sont bien des tubes plus ou moins cylindriques (ou tronconiques).

Il suffit d’examiner l’extrémité de la manche, lorsqu’elle est représentée, pour en être convaincu (fig. 4).

Une mode mixte

Au XIIIième siècle, cette mode est mixte et touche aussi bien les vêtements féminins que masculins. On la rencontre essentiellement à partir du second quart du siècle, jusqu’au moins le premier quart du XIVième siècle. Cette mode touche toutes les conditions, des plus modestes jusqu’aux plus fortunées (fig. 4).

Fig. 4 – Un clerc tonsuré et un souverain portent le même vêtement. Londres, BL, Bible moralisée, MS Harley 1526, f. 8v. Photo British Library.

Les tuniques

Les tuniques sont représentées aussi bien en scènes d’intérieur (fig. 9) que d’extérieur (fig. 5).

Fig. 5 – NY, Morgan Library, The crusader bible, MS M.638, f. 24v. Jonathan (imberbe, en bleu) menacé par son père Saül parce qu’il a mangé pendant la bataille contre les Phillistins. Photo Morgan Library.

Un vêtement à part

La tunique à manches partiellement attachées ne doit pas être confondue avec la tunique totalement dépourvue de manche (fig. 3), qui est également typique du XIIIième siècle (et que l’on retrouve avec une emmanchure un peu différente au XIVième siècle puis exclusivement comme vêtement de prestige sur les souveraines et les saintes, ultérieurement, au XVième siècle).

Fig. 3 – Ce vêtement n’a pas du tout de manche. Paris, BNF, Images de la vie du Christ et des Saints, NAF 16251, f. 19r. Photo GallicaBNF.

Pour le vêtement qui nous intéresse, les manches sont bien visibles. On les voit pendantes, en arrière du bras (fig. 5, 9).

L’ouverture permettant de dépasser les manches semble englober l’aisselle ainsi que l’avant de l’épaule. Les bras dégagés apparaissent aussi bien colorés (fig. 5, 11) que blancs (fig. 9, 12), mais très rarement nus (fig. 13).

La tunique est donc montrée portée directement sur une chemise, blanche   ou par dessus un autre vêtement aux avant-bras étroits.

Fig. - Servant apportant de l'eau pour le bain de Bethsabée. Photo morgan Library. NY, Morgan Library, The Crusader Bible, Ms M.638 f. 41v.
Fig. 6 – Servante apportant de l’eau pour le bain de Bethsabée. Ses manches, qu’elle a dépassées, sont nouées dans son dos. NY, Morgan Library, The Crusader Bible, Ms M.638 f. 41v. Photo Morgan Library.

L’on voit également des bras dégagés colorés, dans des scènes aussi bien en intérieur (repas) qu’en extérieur (travail). Tout en n’étant pas un vêtement chaud ni un vêtement de voyage, cette tunique n’est pas non plus un vêtement exclusivement  léger, elle peut être portée par dessus un autre vêtement léger (fig. 5).

Lorsque l’activité l’exige, les manches peuvent même être nouées ensemble dans le dos, afin de ne pas gêner (fig. 6, 7, 8, 13).

Fig. 7 – Un homme (repérable à la coupe de cheveux, courts et bouclés avec une frange) a noué dans son dos ses manches, qu’il a dépassées. Paris, Bib de l’Arsenal, Maistre Aldebrandins de Sciane : Li livres qui doit iestre apielés la flours et la rose de toute medicine de fisique, ms 2510 f. 29v. Photo GallicaBNF
Fig. 8 - Une femme a noué dans son dos ses manches qu'elle a dé-passées.
Fig. 8 – Une femme a noué dans son dos ses manches qu’elle a dépassées. Paris, Bib de l’Arsenal, Maistre Aldebrandins de Sciane : Li livres qui doit iestre apielés la flours et la rose de toute medicine de fisique, ms 2510, f. 25v. Photo GallicaBNF.
Fig. 9 – Naissance inespérée de Samuel, fils de Hannah et Elkanah  (la femme à droite n’est pas une servante mais une co-épouse). NY, Morgan Library, The Crusader Bible, Ms M.638. f. 19v. Photo Morgan Library.

L’ouverture d’aisselle sur les tuniques

Afin de permettre d’engager ou de dégager facilement le bras, l’ouverture ménagée doit être suffisamment accessible.

Elle est rarement explicitement montrée, mais le plus souvent, il semble que la couture fasse le tour de l’épaule, et s’interrompe devant et sous l’aisselle (fig. 10). Sachant d’une part que la mode XIIIième ne moule pas le buste, avec au contraire une coupe très lâche et sachant que d’autre part  que les manches sont également très amples au niveau du biceps, avec un raccord descendant bas sous l’aisselle, le volume intérieur permet au bras de se faufiler relativement aisément. Le fait de ne coudre que partiellement (dessus de l’épaule et dos) suffit à ménager l’ouverture. Contrairement à ce que nous verrons pour les manteaux, il semble que ce soit le seul type d’ouverture pratiqué.
Dans la mesure où il s’agit d’une tunique relativement classique, et vu le détail des sculptures et peintures, il semble naturel de déduire que la manche « dépassable » est construite et assemblée (quoi que partiellement) comme une manche normale. La tête d’épaule ne tombe pas particulièrement sur le haut du bras, il n’y a pas de plis disgracieux témoins d’une tension anormale, la tunique a par ailleurs une allure de tunique simple.

Fig.  10 - Strasbourg, Le tentateur, musée de l'Oeuvre de Notre Dame.
Fig. 10 Fig. 10 – Strasbourg, Le tentateur, musée de l’Oeuvre de Notre Dame. Photo Jean-Louis Mazières sur Flickr
Fig. - Destruction d'un autel à Baal. Photo Morgan Library. NY, Morgan Library, The Crusader Bible, Ms 368, f.13v
Fig. 11 – Destruction d’un autel dédié à Baal. NY, Morgan Library, The Crusader Bible, Ms M.638, f. 13v. Photo Morgan Library.
Fig. 12 – Une femme endormie, épuisée par les travaux des champs. Photo Morgan Library. NY, Morgan Librabry, The Crusader Bible, ms M.638, f. 38r. Photo Morgan Library
Fig. 13- Manches dépassées, nouées dans le dos. La femme semble avoir les bras nus (pas de ligne de démarcation au poignet). Manchester, Manchester University Library, Missal[Sarum], Latin ms 24, f. 149v. Photo Manchester University Library.

Deux formes de manteaux

Le manteau (ou mantel) est un vêtement chaud, porté en extérieur, et qui, s’il n’est pas un marqueur de saison, indique souvent un déplacement, un voyage. On trouve parfois l’appellation moderne de garde-corps, sans qu’il soit réellement possible de distinguer l’un de l’autre. Ce vêtement est ample, long, descend à mi-mollet et est doté d’une capuche. On le suppose en drap de laine foulonnée (c’est à dire que la laine est tassée, feutrée et rendue déperlante), il est probablement doublé mais l’intérieur est rarement visible. Il est mixte (fig. 18).

Il convient de distinguer deux coupes principales se différenciant par la forme des manches. Les deux coupes sont également amples, longues et dotées d’une capuche. Elles coexistent (fig. 14).

Fig.14.
Fig. 14 – Tout début du XIVième (ca 1310). Paris, BNF, Apocalypse de S. Jean, en français, Français 13096, f. 31r. Photo GallicaBNF

La première forme présente des manches très évasées s’arrêtant aux coudes (ou guère plus bas). Les mains et les avant bras étant très libres et peu couverts, la liberté de mouvement est très grande et ne justifie pas de dépasser les manches pour gagner en mobilité. Cette forme-là, qui est également mixte (fig. 15), ne nous intéressera pas ici.

Fig. 15
Fig. 15- Forme de manteau à manches évasées et courtes. Paris, BNF, Images de la vie du Christ et des saints, NAF 16251, f66r. Photo GallicaBNF.

La seconde forme présente des manches tubulaires qui couvrent les doigts et même largement au-delà,  tombant parfois jusque sous les genoux (mais jamais toutefois jusqu’à l’ourlet). Ces manches sont également amples. Elles sont abondamment plissées au raccord de l’épaule (fig. 16). Ce sont ces manches-ci que l’on voit portées dépassées et c’est de cette forme de vêtement qui nous intéresse ici.

Fig. 15- Paris, BNF, Images de la vie du Christ et des saints, Nouvelles Acquisitions Françaises 16251, f103v. Photo Gallica.
Fig. 16- Paris, BNF, Images de la vie du Christ et des saints, Nouvelles Acquisitions Françaises 16251, f. 103v. Photo Gallica.
Fig. 17
Fig. 17- Besancon, Bib. municipale, Pontifical à l’usage de Beauvais, adapté à l’usage de Lisieux, ms 0138 , f. 157v. Photo Initiale.irht.cnrs.fr

En regardant attentivement  le bas des manches dépassées, l’ouverture du « poignet » est très souvent représentée (fig 5 à 18, etc. ), ce qui confirme l’hypothèse de réelles manches tubulaires et exclue celle d’un simple pan d’étoffe.

A noter : à partir de 1280, ce manteau peut s’ouvrir par devant par une rangée de boutons, autant sur les femmes que sur les hommes.

Fig. 18
Fig. 18 – Cambridge,University library, Vie d’Edouard le confesseur, Ms Ee.3.59, f. 4r. Photo Cambridge University Library.

Fig. 18b – Tombeau d’Etienne d’Obazine. Eglise d’Aubazine (Corrèze). Photos personnelles.

Des manteaux aux manches non totalement cousues

L’emplacement exact de l’ouverture pour glisser les bras hors du vêtement est difficilement discernable.

On devine parfois  une ouverture à l’aisselle (fig. 16, 18b) similaire à celle des tuniques. Dans ce cas, le plissage présent sur la tête d’épaule (et uniquement la tête d’épaule) est bien visible et abondant. Ce plissage est présent uniquement sur les manteaux, on ne le voit pas sur les tuniques. Même si la quantité de plis laisse penser à une grande quantité d’étoffe, l’ouverture au poignet, bien que moins étroite que dans le cas des manches de tuniques, reste d’une circonférence raisonnable : les manches semblent être des tubes, mais à la coupe, il s’agit plus probablement de trapèzes que de rectangles.

Parfois la manche semble fendue dans sa partie avant, comme si la couture créant le cylindre était placée sur l’avant du vêtement et était simplement  interrompue (fig. 19,  20, 21). L’emmanchure serait alors rattachée au corps de façon classique par une couture continue.

Fig. 19 – Londres, BL, Psautier, ms Harley 5765, f.2r. Photo British Library.
Fig. 20 – Londres, BL, Histoire d’Outremer, continued to 1232, ms Yates Thompson 12, f9. Photo British Library.
Fig. 21 – Paris, BNF, Bible glosée, Français 403, f. 2r + f. 8v. Photo GallicaBNF.

L’avantage de cette option est de protéger le torse du froid en couvrant bien les flancs, que le bras soit passé ou dépassé puisque la couture de l’emmanchure est complète. La manche doit alors être suffisamment ample pour permettre à l’avant bras de sortir sans difficulté, tout en garantissant un recouvrement suffisant.

Le niveau de détails des enluminures ne permet pas, a priori, de déduire avec précision la construction de la tête d’épaule. Toutefois, la sculpture du tombeau d’Aubazine (fig. 18b) ainsi que le lépreux des Images de la vie du Christ et des saints (fig. 16) et également la plate tombe de l’architecte Hugues Libergier [01]non illustrée dans ce billet, visible ici : https://www.flickr.com/photos/24271543@N03/14207337054/sizes/o/ montrent nettement que les plis ne partent pas de la tête d’épaule mais semblent remonter jusqu’au cou, à l’insertion de la capuche,  en oblique, à la façon de manches raglan. La contrainte de poids sur les plis serait telle qu’un montage de type raglan est à rejeter.  Reste la solution d’assembler la tête de manche, plissée, par dessus l’épaule, et cousue le long du col[02]C’est la solution qui a été choisie par Cité D’Antan : https://www.citedantan.org/site/index.php/fiches-pratiques/12-costume-civil/69-le-garde-corps-xiiie-tutoriel-pas-a-pas.

Terminons ce tour d’horizon avec curiosité inclassable (fig. 22)  : un vendangeur italien, en chemise, avec les manches nouées dans le dos ! Y avait-il également des chemises aménagées de façon à être portées manches dépassées ?

Fig. 22 – Paris, BNF, Biblia sacra pars., Latin 320, f. 309r. Photo GallicaBNF.

Notes   [ + ]

01. non illustrée dans ce billet, visible ici : https://www.flickr.com/photos/24271543@N03/14207337054/sizes/o/
02. C’est la solution qui a été choisie par Cité D’Antan : https://www.citedantan.org/site/index.php/fiches-pratiques/12-costume-civil/69-le-garde-corps-xiiie-tutoriel-pas-a-pas

Laisser un commentaire