Et ma meilleure robe…

« Et ma meilleure robe, pour elle vestir » : les legs de vêtements dans les testaments de l’élite parisienne à la fin du Moyen Âge
Mathilde Denglos

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03290670

Ce mémoire porte sur les vêtements dans les documents de succession. Il s’agit d’étudier un moment où le vêtement change de statut, devenant à la fois réserve de valeur lors de la prisée, puis marchandise prête à être vendue aux enchères, s’il n’est pas légué. Il peut aussi être transformé en don, en faisant partie des legs de vêtements, une autre forme de transferts, voire de remploi du vêtement. L’idée est alors de s’intéresser au contenu des inventaires et des testaments en termes de vêtements, avec un intérêt plus poussé pour les testaments, afin de voir si cela nous permet de dégager des tendances, des éléments particuliers sur les pratiques entourant ces legs de vêtements. Si les travaux sur l’histoire du vêtement sont relativement nombreux et variés, le sujet des legs de vêtements semble avoir été laissé de côté, comme nous le verrons dans la première partie du mémoire. Le corpus étudié nous permettra de nous intéresser aux pratiques de legs de vêtements de l’élite parisienne de l’époque, une élite citadine donc, constituée de parlementaires, de nobles, de bourgeois, de chanoines, etc. Leurs dispositions testamentaires s’étalent entre 1391 et 1451 et figurent dans les testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI. La première partie aborde divers éléments de définition permettant de structurer plus précisément le sujet de l’étude et la façon d’étudier le corpus de testaments. La seconde étudie la place des legs de vêtements dans les testaments ainsi que les types de vêtements qui sont légués. Enfin, la troisième partie évoque plus précisément aux légataires de ces vêtements, à leur statut ainsi qu’à leurs liens avec les testateurs et les testatrices. L’objet de ce travail est donc de tenter de comprendre ce que peuvent signifier les legs d’un objet si particulier qu’est le vêtement.

Chaussure Sigtuna

Chaussure Sigtuna XI
« Est-ce notre meilleure chaussure ? Eh bien, nous avons beaucoup de belles chaussures à Sigtuna, mais c’est toujours l’une des plus belles. Il est certes très plat, mais complet avec une semelle et du cuir au dessus. La chaussure a été jetée dans un passage extérieur avec environ 10 kilos de jeux de cordonniers – de petites pièces en cuir coupé – et elle est datée à environ 1055-1075. Beaucoup de chaussures ont été fabriquées et jetées beaucoup de cuir dans la ville. Par exemple, dans le quartier Professeur, d’où vient la chaussure, nous avons trouvé un total de plus de 100 kilos de cuir. La plupart d’entre eux étaient des jeux de cordonnier, mais il y avait aussi beaucoup de chaussures, plusieurs d’entre eux avec des trous dans la semelle à la place du gros orteil. Il est facile d’imaginer comment sigtunabor a reçu de nouvelles chaussures du cordonnier et a jeté leur vieilles usées parmi les autres déchets dans la rue. Et puis heureux ont été poignardés chez eux dans leurs nouveaux beaux dojs. »

https://www.facebook.com/sigtunamuseumandart.se/posts/4352574858152056

Des pesons à métier à tisser, de l’Âge du Bronze ancien

Archéologie Alsace sur FB (https://www.facebook.com/Arch%C3%A9ologie-Alsace-117213045558758/) présente des pesons à métier à tisser en terre cuite des environs de -2000 à -1500 av J.-C. découverts fin 2019 entre Oberschaeffolsheim et Wolfisheim .


De tels pesons sont employés pour tendre la chaîne d’un métier vertical.

Source : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=844976776115711&id=117213045558758

Une pièce manquante du jeu d’échec de Lewis refait surface

Cet objet a été présenté à Sotheby’s pour bénéficier d’une estimation.
L’expert consulté a reconnu un des 5 pions manquants du célèbre jeu d’échec retrouvé en 1831 sur l’île de Lewis exposé à Londres au British Museum.  Ce pion, acheté 5£ en 1964,  a passé ces 55 dernières années au fond d’un tiroir, dans la famille d’un antiquaire à Edimbourg.

Source et photosarticle de la BBC

 






Back to Top