Les Schembartlaüfer de Mardi Gras à Nuremberg (1449-1539)

En feuilletant un ouvrage de la BNF pointé par Johan Oosterman  ma curiosité a été attirée par deux détails, l’un présent sur la dernière illustration du manuscrit (fig. 1), les autres disséminés au verso des meneurs de revue (fig. 2,3) à partir de l’année 1475.

Le premier détail repéré est ce cheval-jupon faisant face à un bélier-jupon (en haut à gauche). Ainsi qu’une probable licorne-jupon  en bas à gauche (fig. 1).

 

Fig. 1 – Metzgertanz, la danse des Bouchers. Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, All. 259. f. 70r

Le second élément intéressant, ce sont ces luges et ce bateau sur roues, qui semblent bien être les ancêtres de nos chars de carnaval actuels. La première luge est dessinée pour l’année 1475.

 

Fig. 2 – Florilège extrait de : Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, All. 259.
Fig. 3 – Florilège extrait de : Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, All. 259.

 

Les  Schembartbücher

 

Les Schembartbücher[01]Différentes orthographes apparaissent à propos des exemplaires de cet ouvrage : Schömpart, Schembart, Schempart, Schönbart concernent l’historique du défilé des bouchers lors du carnaval pour Mardi Gras à Nuremberg.

« Schembart » n’a pas une origine bien définie faisant l’unanimité [02]http://moteur.musenor.com/application/moteur_recherche/consultationOeuvre.aspx?idOeuvre=412721 [03] http://www.michele-aquaron.com/recherche_detail.php?var=826  [04] https://de.wikipedia.org/wiki/Schembartlauf , mais pourrait désigner les masques grotesques utilisés dans lesquels la barbe est le principal élément. 

Dans la notice de la BNF, le titre de l’ouvrage  est clair « Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524 », le contenu [05]notice : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc257263 est un peu maigre et surtout trop imprécis sur la datation de l’ouvrage.
Danièle Alexandre-Bidon[06]https://www.persee.fr/doc/mar_0758-4431_1998_num_26_2_1672 ne retient que la date mentionnée sur un folio mais n’évalue pas le manuscrit entier.
Les carnavaliers sont présentés jusqu’à l’année 1524, sachant que la procession cesse après 1539, on peut supposer que l’ouvrage est au moins postérieur (s’il cite cette date d’arrêt des festivités).

L’exemplaire de la BNF n’est pas unique, il existerait une petite centaine d’ « éditions » du Schembartbuch, dont plusieurs sont numérisées (liste non exhaustive) :

– Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259 [07]https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525037219
– Kiel, Christian-Albrechts-Universität zu Kiel, Nürnberger Schembart-Buch, Cod. ms. KB 395 [08]https://dibiki.ub.uni-kiel.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:8:2-754733
– Los Angeles, Getty Research Library, Schembartbuch des 16. Jahrhunderts, 2009.M.38 [09]avatar numérique : https://rosettaapp.getty.edu/delivery/DeliveryManagerServlet?dps_pid=IE466009, notice : https://primo.getty.edu/primo-explore/fulldisplay?vid=GRI&docid=GETTY_ROSETTAIE466009&context=L&lang=en_US 
– UCLA, SCHOENBARTBUCH (NÜRENBERG CARNIVAL BOOK), Coll. 170. Ms. 351 [10]http://digital2.library.ucla.edu/viewItem.do?ark=21198/zz000sdcsf
– Erlangen, Universitätsbibliothek Erlangen-Nürnberg ,Sammelhandschrift. Chronik der Reichsstadt Nürnberg bis 1487  bzw. 1525  mit Schembartbuch bis 1539, H62/MS.B 139, [11]avatar numérique : http://digital.bib-bvb.de/view/bvbmets/viewer.0.6.4.jsp?folder_id=0&dvs=1568812925780~77&pid=9521940&locale=fr&usePid1=true&usePid2=true notice : https://opacplus.bib-bvb.de/TouchPoint_touchpoint/start.do?Language=De&Query=205%3D%22BV042035339%22&SearchProfile=
– Nuremberg, Germanishe Museum, Schempart Buch , Merkel Hs 2° 271 [12]http://dlib.gnm.de/item/HsMerkel271/136/html
– Oxford, Bodleian Library, MS Douce 346 [13]https://iiif.bodleian.ox.ac.uk/iiif/viewer/c05bbc25-5a57-4e6d-af18-c738888230c5#?c=0&m=0&s=0&cv=0&r=0&xywh=-857%2C-151%2C5804%2C3005 ou https://digital.bodleian.ox.ac.uk/inquire/Discover/Search/#/?p=c+0,t+,rsrs+0,rsps+10,fa+,so+ox%3Asort%5Easc,scids+,pid+c05bbc25-5a57-4e6d-af18-c738888230c5,vi+15bdfbaf-2019-4b74-b1aa-fc64a22878b7
– Los Angeles (CA), Getty Library, Schembard Büch, 2009.M.8 [14] https://rosettaapp.getty.edu/delivery/DeliveryManagerServlet?dps_pid=IE466009

Par ailleurs, un florilège de diverses éditions est disponible dans wikipédia, qui présente les Läufer par année.

Le style de l’exemplaire de la BNF donnerait facilement à penser qu’il est parmi les plus anciens des exemplaires (parmi les numérisés  facilement accessibles).

 

Les Schembartlaüfer du Schembartbuch

 

Une description par Jürgen Küster de ce carnaval de Nuremberg est disponible à cette adresse.

Le Schembartlauf était la coutume centrale du carnaval à Nuremberg, à la fin du Moyen Âge et au début de l’ère moderne, de 1449 à 1524/1539. C’était une manifestation de citoyens masqués de Nuremberg (principalement des patriciens). À son apogée (1475-1524), ils tiraient des traîneaux appelés « enfers ». C’étaient des précurseurs des chariots utilisés plus tard dans le carnaval. Le Schembartlauf a suscité un grand intérêt parmi les contemporains ainsi que parmi les auteurs ultérieurs des plus de 80 manuscrits, historiens, folkloristes et associations historiques de Schembart.

 

Ainsi, les Schembartbücher décrivent-ils les principaux coureurs (Läufer) mis à l’honneur, un par année, depuis 1449. Toutes les années ne sont pas citées, il semble y avoir eu des interruptions. En 1539, Andreas Osiander, un prédicateur offensé – le carnaval étant pourtant justement le lieu de toutes caricatures, critiques et irrévérences – a obtenu l’interdiction de la manifestation.

La corporation des bouchers a bénéficié de privilèges particuliers [15]« The Schempart Lauf — a carnival parade for Shrove Tuesday — originated as a privilege granted by the emperor Charles IV in 1349 to the butchers’ guild of Nuremberg » – https://www.christies.com/lotfinder/Lot/schempart-buch-in-german-illuminated-manuscript-on-4747491-details.aspx [16]« avec le privilège d’organiser une danse de carnaval sur le carnaval et de pouvoir en porter, entre autres masques » https://de.wikipedia.org/wiki/Schembartlauf lors de cette procession : la guilde organisait une sorte de farandole (fig. 1) ; pour dégager les rues et permettre le déroulement de cette farandole, des coureurs (Läufer) la précédaient. C’est à la guilde des bouchers que sont dédiés les personnages déguisés qui sont peints, au moins les premières années dans l’ouvrage. On les reconnait à leur outil emblématique, la feuille de boucher (fig. 5). Ils transportent des poissons, probablement des harengs saurs, parce que la procession a lieu pendant des jours maigres [17]à Dunkerque de nos jours, il y a projection de harengs saurs -kippers- durant le défilé du carnaval, mais il s’agit là d’un coup médiatique créé au milieu du XXème siècle (fig. 4). Dans l’exemplaire de la BNF, les Läufer des années 1449, 1451, 1456, 1457 et 1458 font référence aux bouchers par la présence de la feuille et des poissons (l’un, l’autre ou bien les deux).

Figure 4 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259, f. 6r
Figure 5 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259 f. 6r

 

Il y a des variantes dans les costumes, mais le thème général est le même pour chaque année représentée, et ce sont les mêmes figures, les mêmes costumes, les mêmes traîneaux qui sont représentés quelles que soient les éditions du manuscrit.

 

Les feux d’artifice

 

Une constante qui n’échappera à aucun observateur est la présence d’un artichaut géant dans la main des läufer : quelle que soit la signification à l’origine de ce bouquet de feuilles vertes (qu’il est tentant de rapprocher des bouquets de feuilles figurant dans les scènes de bain de la même aire géographique pour la même période, ou des Lebensrute ), leur présence est connue pour héberger… des feux d’artifice !

Je n’ai pas trouvé d’indication sûre précisant en quelle année ces pétarades ont commencé. Des accessoires pyrotechniques sont représentés en action sur au moins trois dessins à la BNF (fig. 6, 7, 8) pour les années 1514, 1518 et 1539, mais rien ne permet de s’appuyer sur ces représentations pour dater le démarrage de l’utilisation de feux d’artifice. D’autres versions montrent des « artichauts » crachant flamme, escarbilles et fumée dès 1449 (fig. 9).

Figure 6 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259, f. 59r (1514)
Figure 7 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259, f. 63r (1518)
Figure 8 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259, f. 69v (1539)

 

Figure 9 – Los Angeles (CA), Getty Library, 2009.M.8, Schembard Büch, f. 5v. (1449)
Figure 10 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259, f. 6r . (1449)

 

 

 

Les traineaux : les « enfers » (Hölle)

 

Il pourrait sembler curieux que les « chars » n’aient pas de roue. Mais en hiver (Mardi Gras), à Nuremberg les luges sont peut-être plus utiles que les carrioles ? Le premier traîneau à figurer dans ces recueils est attribué à l’année 1475, et il porte un dragon (fig. 11).

Figure 11- Site de vente :  Les Enluminures .

 

Viennent ensuite et dans le désordre des thèmes aussi variés que moulin, maisons, châteaux, échoppes, basilic, canon, hydre, éléphant…
Certains veulent être effrayants, comme l’ogre dévorant des enfants (fig. 12).

Figure 12 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259, f. 52v . (1508)

 

Le dernier des Enfers est  un navire sur des roues, qui n’est pas sans rappeler la « nef des fous de Sebastian Brant ». Lui n’est pas posé sur une luge mais bâti sur une carriole (fig. 13-16).

 

Figure 13 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, Allemand 259, f. 69v (1539)
Figure 14 – Oxford, Bodleian Library, Schembart buch, MS Douce 346, f.258r. (1539)
Figure 15 – Los Angeles (CA), Getty Library, Schembard Büch, 2009.M.8, f. 69v. (1539)
Figure 16 – Stadtbibliothek Nürnberg, Nor. K. 444

 

Un florilège de ces Enfers est disponible sur wikipédia

 

Cortège dansant (Metzgertanz)

 

A la suite des Läufer, vient le cortège dansant. Aux deux extrémités de la « farandole » sont portées des effigies d’un animal de boucherie (vache, bélier, cochon…), au bout d’un bâton, rappelant probablement que ce cortège est, à l’origine, chapeauté par la guilde de bouchers (fig. 1, fig.17).

Figure 17 –  Florilège de meneurs de « farandole ».

 

Et  enfin, les fameux chevaux-jupons (fig. 18, fig. 19). Malheureusement, ces planches ne sont pas datées, elles ne sont rattachées à aucune année en particulier. 
Elle pourraient aussi bien correspondre à 1449 qu’à 1539 : la « vérité » se situe dans cette large fourchette, en l’absence de texte explicite.

 

Figure 18 – Paris, BNF, Costumes nurembourgeois pour le mardi gras, de 1449 (avec interruptions motivées) à 1524, All. 259. f. 70r
Figure 19 – Kiel, Christian-Albrechts-Universität zu Kiel, Nürnberger Schembart-Buch, Cod. ms. KB 395.

 

 

Pour aller plus loin à propos de ce Carnaval du Nuremberg et des Schembartbücher :

Si vous lisez le vieil allemand dans le texte : https://archive.org/stream/nurnbergischessc00will#page/16/mode/2up
Chrome fournit une honnête traduction : http://www.cerisepress.com/01/03/the-nuremberg-schembartlauf-and-the-art-of-albrecht-durer/view-all
Un article payant : https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/19306962.1942.11786090

Les héritiers du cheval-jupon, dans le folklore provençal li chevau-frus et la légende de la danse du chevalet  . 


 

 

 

Notes   [ + ]

01. Différentes orthographes apparaissent à propos des exemplaires de cet ouvrage : Schömpart, Schembart, Schempart, Schönbart
02. http://moteur.musenor.com/application/moteur_recherche/consultationOeuvre.aspx?idOeuvre=412721
03. http://www.michele-aquaron.com/recherche_detail.php?var=826 
04. https://de.wikipedia.org/wiki/Schembartlauf
05. notice : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc257263
06. https://www.persee.fr/doc/mar_0758-4431_1998_num_26_2_1672
07. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525037219
08. https://dibiki.ub.uni-kiel.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:8:2-754733
09. avatar numérique : https://rosettaapp.getty.edu/delivery/DeliveryManagerServlet?dps_pid=IE466009, notice : https://primo.getty.edu/primo-explore/fulldisplay?vid=GRI&docid=GETTY_ROSETTAIE466009&context=L&lang=en_US 
10. http://digital2.library.ucla.edu/viewItem.do?ark=21198/zz000sdcsf
11. avatar numérique : http://digital.bib-bvb.de/view/bvbmets/viewer.0.6.4.jsp?folder_id=0&dvs=1568812925780~77&pid=9521940&locale=fr&usePid1=true&usePid2=true notice : https://opacplus.bib-bvb.de/TouchPoint_touchpoint/start.do?Language=De&Query=205%3D%22BV042035339%22&SearchProfile=
12. http://dlib.gnm.de/item/HsMerkel271/136/html
13. https://iiif.bodleian.ox.ac.uk/iiif/viewer/c05bbc25-5a57-4e6d-af18-c738888230c5#?c=0&m=0&s=0&cv=0&r=0&xywh=-857%2C-151%2C5804%2C3005 ou https://digital.bodleian.ox.ac.uk/inquire/Discover/Search/#/?p=c+0,t+,rsrs+0,rsps+10,fa+,so+ox%3Asort%5Easc,scids+,pid+c05bbc25-5a57-4e6d-af18-c738888230c5,vi+15bdfbaf-2019-4b74-b1aa-fc64a22878b7
14. https://rosettaapp.getty.edu/delivery/DeliveryManagerServlet?dps_pid=IE466009
15. « The Schempart Lauf — a carnival parade for Shrove Tuesday — originated as a privilege granted by the emperor Charles IV in 1349 to the butchers’ guild of Nuremberg » – https://www.christies.com/lotfinder/Lot/schempart-buch-in-german-illuminated-manuscript-on-4747491-details.aspx
16. « avec le privilège d’organiser une danse de carnaval sur le carnaval et de pouvoir en porter, entre autres masques » https://de.wikipedia.org/wiki/Schembartlauf
17. à Dunkerque de nos jours, il y a projection de harengs saurs -kippers- durant le défilé du carnaval, mais il s’agit là d’un coup médiatique créé au milieu du XXème siècle

Laisser un commentaire