Signets, marque-pages, pipes

Signet : petit objet permettant de repérer certaines pages d’un volume de façon à pouvoir l’ouvrir immédiatement à l’endroit désiré. [01]http://www.palaeographia.org/vocabulaire/pages/page63.htm

Comment procédez-vous pour repérer une page ou un passage en particulier dans un livre ? Dans un livre de poche de consommation courante certains n’ont aucun scrupule à corner une page, au risque de l’endommager. D’autres plus soigneux utilisent un repère amovible qu’ils promènent de livre en livre. Dans certains ouvrages luxueux, un ruban fin appartenant au livre, appelé signet de tête peut être déplacé de page en page[02]http://www.palaeographia.org/vocabulaire/pages/page63.htm.

Cette préoccupation n’est pas moderne et les manuscrits médiévaux offrent leur lot d’astuces pour marquer une page.

 

Marquage fixe

 

Dans les catalogues publicitaires, je déchire une portion de la page pour la rabattre vers l’extérieur ; est-ce un réflexe moderne ? Pas vraiment. Les exemples de languette de parchemin découpée, repliée, insérée et rabattue vers l’extérieur ne sont pas rares (fig. 1,2). On les appelle signet en queue de charte[03]http://www.palaeographia.org/vocabulaire/pages/page63.htm.

Figure 1 – Bern, Burgerbibliothek, Cod. B 219, f. 100v. ca. 1202-1242. Photo e-codices.
Figure 2 – Engelberg, Stiftsbibliothek, Cod. 19, f 18r. 1143-1178. Photo e-codices.

Le même résultat peut être obtenu avec quelques incisions dans lesquelles sont glissées une ou deux fines lanières de cuir simples (fig. 3) ou plus élaborées (fig. 4), voire une cordelette (fig. 5).

Figure 3 – Fribourg/Freiburg, Bibliothèque cantonale et universitaire/Kantons- und Universitätsbibliothek, Ms. L 158, f 111r. deuxième moité du XIIe siècle. Photo e-codices.
Figure 4 – Fribourg/Freiburg, Bibliothèque cantonale et universitaire/Kantons- und Universitätsbibliothek, Ms. L 158, f99v. Photo e-codices.
Figure 5 – Fribourg/Freiburg, Bibliothèque cantonale et universitaire/Kantons- und Universitätsbibliothek, Ms. L 158, f. 114. Photo e-codices.

D’autres signets s’apparentent aux onglets modernes : une languette de parchemin ou de cuir est collée sur la page et dépasse de la tranche.

Figure 7 – Basel, Universitätsbibliothek, A VIII 37, f. 13r. XVe.s. Photo e-codices.

Certains onglets rapportés sont plus élaborés, le lien de cuir est terminé par un bouton noué (fig. 8) qui est très visible sur la tranche.

Figure 8 – Paris, Bibb. de l’Arsenal, Horae [Livre d’heures et de prières, en latin et en flamand], Ms-424. 1493. Photo BNF Gallica.

D’autres sont si nombreux qu’il en résulte une jolie pagaille dans laquelle il doit être difficile de se repérer (fig. 9).

Figure 9 – Paris, BNF, Bréviaire de Paris dit Bréviaire dit de Charles V [Breviarium Parisiense], Latin 1052. 1340-1380. Photo BNF Gallica

Remarque : ces onglets sont collés et non cousus. La force exercée lors de la recherche et de l’ouverture à la page déchirerait probablement  le parchemin ou le papier s’il y avait des points de faiblesse avec les perforations.

 

Marquage mobile simple 

 

A la manière des signets de tête, ces cordelettes ou ces fines lanières de cuir se glissent entre deux pages. Elles sont réunies en haut de l’ouvrage, et parfois fixées sur la tranchefile.

Figure 9 – « Auckland Libraries, Sir George Grey Special Collections, Med. MS S.1588. Photo Alexandra Gillespie, from her blog Medieval Bookbindings ». https://medievalbooks.nl/2014/09/22/smart-medieval-bookmarks/

 

Marquage mobile pour un paragraphe ou une colonne

 

Quelques dispositifs ingénieux ont été retrouvés dans des manuscrits : ce sont des molettes, fixées à un ruban ou une cordelette.
Le ruban marque la page désirée et la molette peut afficher plusieurs valeurs, indiquant le paragraphe ou plutôt la colonne (fig. 10)  à examiner ; il y a 4 positions sur la molette parce que le plus souvent, le livre étant ouvert à la page marqué, il y a 4 colonnes.
Il en existe à la bibliothèque municipale d’Autun[04]https://bibulyon.hypotheses.org/829

Figure 10 – Harvard, Houghton Library, MS 277 (12th century). L’original n’est plus disponible en ligne à l’adresse indiquée. https://medievalbooks.nl/2014/09/22/smart-medieval-bookmarks/

 

Signets amovibles : les bijoux de livre

 

Ces petits accessoires passent facilement sous les radars lorsqu’on observe les tableaux, et peu sont parvenus jusqu’à nous. Mais les peintures détaillées du XVe siècle nous en offrent une grande variété.

Figure 11 – Genève, Bibliothèque de Genève, Comites Latentes 38. Around 1480. Photo e-codice.

S’ils sont de forme cylindrique dont la longueur est de l’épaisseur du manuscrit, ils sont appelés pipes[05]http://www.palaeographia.org/vocabulaire/pages/page63.htm. Ils apparaissent dorés ou argentés, et décorés, ciselés, gravés. Leur structure devait ressembler à celui retrouvé à Genève (fig. 11).

Figure 12 – Vierge à l’enfant, Quentin Metsys. Photo wikimedia commons  https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Quinten_Metsys-Vierge_a_lEnfant_IMG_1402.JPG

 

Dans le livre que tient Marie de Bourgogne(?) (fig.13), on devine un petit tube au niveau de la tranchefile : c’est une pipe. Dans l’autre nature morte mise en scène dans le même ouvrage (fig. 14), c’est le bas du livre qui est visible, avec le pendant des rubans, ornés de perles ou de pierres. Cette nature morte met en scène divers objets de piété aussi bien que profanes : des bijoux (pendentif, bague, chaîne) et une patenotre décorée d’une bille de rosaire qui a tout de la pomme d’ambre[06]http://mediaephile.fr/pommes-de-senteur-pommes-dambre-pomanders avec son anneau libre (permettant une meilleure préhension pour dévisser ou ouvrir les hémisphères), ainsi que d’un probable flacon de senteur, tout à fait profanes bien qu’accrochés à un objet de piété.

Figure 13 – Vienne, ÖNB, Horarium in membrana nigra scriptum usui principissae destinatum: Sog. Stundenbuch der Maria von Burgund, Codex vindobonensis 1857 . 1470-1479. Photo ÖNB.
Figure 14 – Vienne, ÖNB, Horarium in membrana nigra scriptum usui principissae destinatum: Sog. Stundenbuch der Maria von Burgund, Codex vindobonensis 1857 . 1470-1479. Photo ÖNB.

La pipe est un peu plus discrète sur le livre de la Marie Madeleine (fig. 15) attribuée à Roger van der Weyden et plus imposante sur le livre de la femme du changeur de Quentin Metsys (fig. 16).

Figure 15 – Marie Madeleine lisant. Roger van der Weyden à la National Gallery de Londres. Photo Wikimedia commons https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Madeleine_lisant#/media/Fichier:The_Magdalen_Reading_Rogier.jpg
Figure 16 – Le changeur et sa femme. Quentin Metsys. Photo wikimedia commons https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9f/Quentin_Massys_001.jpg

D’autres formes sont identifiables, la plupart sous forme de boule de perles dont Van Eyck semble très friand : 4 occurrences dans l’Agneau Mystique, l’Annonciation de la National Gallery of Art de Washington, la Vierge du chancellier Rollin  (fig. 17, 18)
Mais aussi sous forme de bouton tissés[07]Blatt Heather. Tiny Textiles Hidden In Books: Toward a Categorization of Multiple-Strand Bookmarkers  academia.edu.

Figure 17 – Diptych of Christiaan de Hondt, abbott at Ter Duinen – Master of 1499. Photo http://vlaamseprimitieven.vlaamsekunstcollectie.be/nl/component/block/vkc_zoomify/box?iframe=true&fid=48951&nid=4895
Figure 18 – Ange chanteur de l’agneau mystique de Van Eyck / Ghent Altarpiece. Photo http://closertovaneyck.kikirpa.be/

Les deux livres portant des signets mobiles et des onglets sont moins célèbres que la boîte de bois blanc dépassant de sous le lit de la Dormition de la Vierge par le Meister des Albrechtsaltars conservée à Vienne (fig. 20).

Figure 19 – Dormition de la Vierge. Meister des Albrechtsaltars. Photo Realonline https://realonline.imareal.sbg.ac.at/detail/?archivnr=000453

Les signets mobiles sont faciles à repérer sur les tableaux détaillés, mais on en trouve également dans des enluminures (fig. 20, 21).

Figure 20 – Paris. Bibliothèque de l’Arsenal, Livre d’heures, en latin et en français, à l’usage de Cambray, Ms-1185 réserve, f. 54r. Vers 1490-1495. Photo BNF Gallica.
Figure 20 – Rouen, BM, Aristote, Éthiques, Politique et Économiques, M I 2, f. 107r. Vers 1453-1454. Photo BNF Gallica.

 

Il est difficile de voir à la fois la tête et les pendants des rubans. Ils sont parfois enrichis de pierreries (ou de perles) assortis à la tête du signet (fig. 19) et sont des bijoux à part entière (on pourrait même y deviner des pommes d’ambres !) Et pourtant, la lecture de la Vierge est probablement très pieuse, ce qui n’empêche pas d’utiliser des accessoires immodestes et manifestement polyvalents profanes/sacrés.

Figure 19 – Madonna and child. Master of the Castello Nativity . Photo https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e4/Master_Of_The_Castello_Nativity_-_Madonna_and_Child_-_WGA14518.jpg

Dans le détail de ce tableau, qu’il est  facile de reconnaître comme une Annonciation si l’on arrive à déchiffrer « Ecce ancilla domini fiat mihi secundum verbum tuum« [08]c’est la réponse que fait Marie après l’avertissement de Gabriel. Souvent on ne voit que « Ecce ancilla domini« , quelque part dans le décor près du visage de Marie avec ou sans phylactère : « Voici la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon votre parole., même si Marie était occupée à une lecture sacrée[09]« Ecce virgo concipiet et pariet filium et vocabitur nomen eius Emmanuel« . Voici que la Vierge concevra et enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel.« , son livre n’en est pas moins orné d’un imposant bijou de perles.

Figure 21 – L’Annonciation, de Pere Serra, à la Pinacothèque de Brera. 1404. Photo https://pinacotecabrera.org/en/collezione-online/opere/annunciation-serra/

Si vous examinez attentivement des oeuvres très connues, vous en découvrirez d’autres : Hugo van des Goes en a inclus dans le Trinity altarpiece et le triptyque Portinari. A vous de jouer !

On trouve également ces bijoux de livre mentionnés dans les inventaires et comptes des puissants. Des fils de soie dans les Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1363-1477) et des pipes d’or et d’argent [10]item 674 une pipe en or avec un saphir au centre et 18 perles autour (il doit s’agit d’une « pipe » en forme de boule ?), item 675 une pipe d’or, deux rubis, deux émeraudes et des perles, item 676, 677, 685, 670, 671 dans Deux inventaires de la Maison d’Orléans (1389 et 1408).

 

Quelques signets à éviter…

 

Figure 22 – Un… biscuit ?   Cambridge UL Special Collections
Figure 23 -« Sermons de saint Augustin, Bâle, 1494, livre imprimé, Médiathèque d’Orléans, ResA 1607 ». Photo : https://chartes.hypotheses.org/2195
Van Liesvelt Bible 1526, British Library, C.110.g.4. Photo Twitter https://twitter.com/RenskeHoff/status/1256479472519438337

 

Linographie

https://balliolarchivist.wordpress.com/2014/04/24/conservation-survey-notes-10/
https://bibulyon.hypotheses.org/829
https://blogs.princeton.edu/notabilia/2014/07/12/15th-century-bookmark-with-column-indicator/
https://library.usask.ca/archives/collections/published-works/rare-books/rare-books-showcase/rarebooksarchivejuly-2013.php
https://medievalbooks.nl/2014/09/22/smart-medieval-bookmarks/
https://medievalfragments.wordpress.com/2014/07/11/mark-their-words-medieval-bookmarks/
https://oldbooksnewscience.com/2013/12/31/auckland-libraries-ms-g-185-latin-psalter-and-hymnal/  (cité à son ancienne adresse http://medievalbookbindings.com/2013/12/31/auckland-libraries-ms-g-185-latin-psalter-and-hymnal)
https://www.onb.ac.at/
http://resolver.kb.nl/resolve?urn=urn:PTP:Amsterdam:BPH:004_079v_080r
http://www.sothebys.com/en/auctions/ecatalogue/2005/western-manuscripts-l05240/lot.16.html

 

Bibliographie

– Blatt Heather. Tiny Textiles Hidden In Books: Toward a Categorization of Multiple-Strand Bookmarkers  academia.edu
– Prost Bernard et Henri. Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1363-1477). Paris. 1902-1913. Pages 14
– Graves F.-M.Deux inventaires de la Maison d’Orléans (1389 et 1408). Paris. 1926. Pages 128-130
– Samaran Charles. De quelques instruments de copistes. In: Bibliothèque de l’école des chartes. 1935, tome 96. pp. 194-196. https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1935_num_96_1_449101

 

 

 


 

Notes   [ + ]

01, 02, 03, 05. http://www.palaeographia.org/vocabulaire/pages/page63.htm
04. https://bibulyon.hypotheses.org/829
06. http://mediaephile.fr/pommes-de-senteur-pommes-dambre-pomanders
07. Blatt Heather. Tiny Textiles Hidden In Books: Toward a Categorization of Multiple-Strand Bookmarkers  academia.edu
08. c’est la réponse que fait Marie après l’avertissement de Gabriel. Souvent on ne voit que « Ecce ancilla domini« , quelque part dans le décor près du visage de Marie avec ou sans phylactère : « Voici la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon votre parole.
09. « Ecce virgo concipiet et pariet filium et vocabitur nomen eius Emmanuel« . Voici que la Vierge concevra et enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel.« 
10. item 674 une pipe en or avec un saphir au centre et 18 perles autour (il doit s’agit d’une « pipe » en forme de boule ?), item 675 une pipe d’or, deux rubis, deux émeraudes et des perles, item 676, 677, 685, 670, 671

Laisser un commentaire